Groupe GCA Nous appeler

GCA sacré groupe de distribution de l’année !

Publié le dans Événements

Elu groupe français de l’année lors des Grands Prix de la Distribution Automobile organisés par le Journal de l’Automobile cet automne à Paris, GCA se distingue par une gestion financière source de rentabilité et de développement. Sa dynamique engagée autour du commerce et de l’après-vente se conjugue désormais à l’échelle européenne.

28 ans après le rachat de la concession Toyota à Cholet, le groupe GCA (représentant Toyota, Lexus, BMW, Mini, Hyundai, Kia, Mitsubishi, BMW Motorrad, et les marques du groupe Stellantis ex-FCA) poursuit son ascension. « En 1993, Toyota était le 5e constructeur automobile mondial, rappelle son fondateur, David Gaist. La marque était sous-représentée en Europe, mais sa situation financière saine, associée à des opportunités de développement et à des investissements raisonnables, ouvraient des perspectives. » Désormais premier distributeur de la marque japonaise en France, les performances sont au rendez-vous !

GPDA
GPDA1

Un taux de rentabilité significatif

L’analyse financière du secteur de la distribution automobile guide les choix du dirigeant. Malgré une conjoncture marquée par la crise sanitaire depuis 24 mois, le groupe GCA a enregistré une croissance de 42% de son chiffre d’affaires au cours des trois dernières années, à 807 millions d’euros. Avec 21 500 VN distribués (en 2020) et 20 000 VO, le distributeur consolide sa croissance autour d’un taux de rentabilité significatif. Cette année, soutenu par une prévision des ventes VN de 26 000 véhicules, son CA devrait dépasser le milliard d’euros.

Une progression continue des performances qui ne doit rien au hasard. Si le groupe organisé autour de 80 sites et de 1200 salariés porte son attention sur le commerce, l’après-vente cristallise également l’attention de David Gaist. L’activité des ateliers représente 60% des marges brutes, rappelle le dirigeant.

L’après-vente s’inspire du commerce

Source d’absorption des frais fixes, l’après-vente s’appuie sur une gestion optimisée depuis quatre ans. Elle repose sur approche inspirée du commerce, basée sur l’implication des équipes grâce notamment au déploiement de pay plan « Une vraie dynamique s’est mise en place, avance le président-fondateur. C’est positif ». Une performance récompensée par le Master d’Auto Infos de la meilleure performance en atelier cet automne.

L’ensemble est consolidé à présent par le programme Apatheia. La réflexion initiée par le groupe GCA repose sur la déperdition de la clientèle en après-vente constatée à l’issue de la 3e année. Le développement de produits marketés et adaptés à la typologie des clients et à l’âge des modèles entend améliorer la rétention au cours des dix années de la vie d’un véhicule.

Pérenniser le développement en Europe

La stratégie déployée par le groupe GCA se complète d’une gestion des ressources humaines basée sur la transparence des chiffres en matière de performances commerciales et d’après-vente. Des valeurs essentielles qui limitent le turn-over. Elles favorisent un sentiment d’appartenance porté aussi par le skipper Gilles Lamiré, vainqueur de la transat Jacques Vabre en 2019 à la barre d’un multicoque aux couleurs du distributeur, et 6ème cette année.

L’état d’esprit constitue un atout essentiel à l’heure où se poursuit la croissance du réseau GCA. La présence dans l’hexagone se renforce désormais d’un développement européen en Belgique, sous la marque Toyota (à travers cinq sites). Une orientation appelée à se pérenniser.

Selon David Gaist, les perspectives à venir seront associées aux opportunités de rachat offertes par les constructeurs. La priorité sera donnée aussi à la satisfaction de la clientèle -« Le nerf de la guerre »- et des collaborateurs de GCA. Les trois ingrédients de la réussite pour le groupe de distribution de l’année !

 crédits photos ©Maÿlis Devaux Photographie